La version simple et officielle

(mise à jour le 12.11.2018)

Benjamin est un entrepreneur et consultant en marketing indépendant. Originaire de Neuchâtel en Suisse romande, il vit aujourd’hui à Zurich.

Après un Bachelor en Economie/Finance, Benjamin a travaillé quelques années en tant que comptable dans un fiduciaire. Durant ces années de fiduciaire, il a appris de nombreuses choses sur le marketing digital et rêvait d’indépendance et entrepreneuriat. Il st revenu à ces « premiers amours » puisqu’il a construit ses premiers sites web à l’école secondaire pour des activités à options.

En 2016, Benjamin a démissionné et vendu ses affaires pour partir sac au dos au Mexique. Après 6 mois de cavale, il est arrivé à Medellin en Colombie d’où il a lancé son entreprise, une plateforme digitale pour pousser la consommation et la vie locale dans les villages en Suisse.

Le projet aura finalement été arrêté, mais Benjamin a continué et est devenu consultant en Marketing indépendant à coté d’autres projets lancés en parallèle.

Réseaux sociaux : Twitter, Linkedin, Instagram, Facebook

Email : benjamin (at) benjaminspring.com ou par cette page

Site web : Benjamin écrit sur www.benjaminspring.com en anglais et en français.

Langues parlées : Français, Anglais, Espagnol, Allemand

Mes activités aujourd’hui :

  • Je travaille avec une poignée de clients sur des projets marketing à haut levier pour leur business.
  • Je travaille sur des projets et produits propres ou en partenariat qui me permettent de créer une indépendance et de continuer d’apprendre pour offrir les meilleurs services possibles de consulting.
  • J’écris à propos de marketing et d’automation, de la productisation des services, de la partie business du freelancing, et d’autres sujets qui peuvent m’intéresser.
  • Mes intérêts actuels comprennent la prise de décision, les éléments non-linéaires dans nos vie privées ou professionnelles, le chaos stratégique, la philosophie, entrepreneuriat comme choix de carrière, les effets de leviers, le minimalisme.
  • Je vis à Zurich en Suisse (et retourne régulièrement à Neuchâtel) tout en me permettant une dizaine de voyages/ séjours par année.
  • Je travaille sur ma propre anti-fragilité (santé, état d’esprit, sport, spirituel, créativité).

L’autre version, celle avec du piment et des chutes

Noël 2015 (situation)

Noël 2015, j’ai 25 ans et je prends une grande décision, je m’en vais. Je me laisse 6 mois pour tout organiser et économiser et au début de l’été, je pars pour le Mexique, sac au dos avec mon ordinateur et mon kindle et des habits pour une dizaine de jour.

Au moment de cette décision, cela fait 18-24 mois que je travaille à temps partiel dans la fiduciaire d’un proche de mon père. Il est cool avec moi et accepte mon temps partiel pendant que je « joue à l’entrepreneur ».

Je n’ai jamais voulu travaillé en fiduciaire, c’était juste arrangeant. En rétrospective, j’y ai appris de nombreuses choses super utiles…

Mais ce n’était pas le but.

Tout a commencé quatre ans plus tôt. Je suis entre deux semestres d’Erasmus pour la fin de mon Bachelor à Dortmund en Allemagne. Je viens de passer quinze semaine à faire la fête, boire des verres et je suis pas bien dans ma peau.

Alors que je suis censé passer les meilleurs moments de ma jeune vie, profiter, faire la fête, flirter et… Nada !
La raison ? Après avoir été toute ma vie en surpoids et bien trop conscient de ce problème, je viens d’ajouter près d’1kg supplémentaire par semaine sur ma carcasse.

Mais cette première année seul à l’étranger a apporté quelque chose que je n’avais jamais eu jusqu’à là.

Beaucoup de temps seul, une connexion internet et un environnement qui ne me connait pas et qui n’a pas de préjugé sur moi.

Curieux par nature – chose que j’ai oublié durant presque 10 ans(et le système éducatif n’a pas aidé) – j’ai commencé à Googler.

Problème de confiance, notamment avec les filles et surtout gros surpoids et encore plus grande honte de ce surpoids, j’ai posé des questions à Google.

Et Google m’a répondu !

Un peu par hasard, je suis tombé sur le régime Paléo qui commençait à prendre un peu d’ampleur. Ca m’a tout de suite parlé, j’ai commencé et essayé et suis devenu obsédé par ce thème et par la nutrition.

En quelques semaines, je peux directement sentir que j’ai perdu du poids pour la première fois sans me sentir privé et frustré.

Je décide de chercher plus loin, et je tombe un jour sur Tim Ferriss et « The 4-Hour Body ». A ce moment, je suis confiant de pouvoir résoudre mes problèmes de poids apr moi-même, je me sens pour la première fois en contrôle. Encore énormément de travail, mais j’ai appris quelque chose que je ne peux pas désapprendre, je sais qu’il n’y a pas de retour en arrière.

Mais il y a autre chose qui m’intéresse. Il y a des dizaines de références à Tim Ferriss mais pour son autre livre, « The 4-Hour Work-week » (La semaine de 4-heures).

Une série de blogs me fait choisir quatre livres pour ma toute première commande Amazon :

  • La semaine de 4-heures de Tim Ferriss
  • Le modèle Paléo de Mark Sisson
  • La règle 80/0 de Richard Koch
  • Le Personal MBA de Josh Kaufmann

Dans mon appartement en Allemagne, je dévore ces quatre livres en 2 jours. Plus rien ne sera pareil. C’est pas que j’apprends tant de choses, c’est plutôt comme si quelque chose que je savais déjà sans le réaliser m’est dévoilé.

Il y a souvent une référence à Matrix pour certains livres, et ces livres ont été la pilule rouge pour moi. :

  • Pas besoin de certificat, on apprendre beaucoup de choses par soi-même
  • Pas besoin de suivre la vitesse normale
  • Pas besoin de suivre les carrières toutes tracées (dans des professions qui tuent notre créativité à petit feu)
  • Efforts et résultats ne sont pas linéaires
  • On peut créer ses propres chances

Ces 2 années suivantes, je bosse sur ma personnalité, je perds petit à petit près de 30kg, je me sens mieux. Mais il y a toujours une frustration, je ne décolle pas dans mes activités parallèles. Je reste bloqué dans la fiduciaire et je ne progresse pas dans mes projets. ET la lecture de ce livre m’a donné le droit de ne même pas considérer l’idée de suivre un chemin traditionnel. Mais je suis bloqué…

EN rétrospective, j’ai bien fait de m’occuper de moi avant de penser à ma carrière, mais sur le moment je suis frustré. Alors je décide de tout quitter, de tout vendre et je me laisse une année en voyageant pour me chercher.

Le voyage qui change tout

On y est, le voyage. En quatre ans, j’ai gagné en confiance, j’ai perdu près de 30kg mais je suis toujours frustré. Je sais que je peux mieux faire. Je pars à l’aventure, oui, mais je fuis aussi quelque chose.

Sans entrer dans les détails, je passe les six premiers mois à voyager sac au dos du Mexique à la Colombie. Je passe du super bon temps, je prends du temps pour moi, je lis beaucoup mais ce n’est pas encore ce que je cherche. Je commence à sentir le poids de rentrer et retomber à la case départ. Je prends alors une décision, je vais prendre un vol pour Medellin (hub de Digital Nomad et de start-up) et je vais m’arrêter là pour 10-12 semaines. Je vais prendre du temps pour moi, réfléchir et préparer un plan pour le futur.

Je m’arrange pour louer une chambre dans une colocation avec des étudiants colombiens et je commence à adopter une routine :

Réveil, sport, manger sainement et direction la bibliothèque ou un café pour écrire des idées de projets et lire.

Durant cette période, je commence également à aller à un rendez-vous avec des filles près de deux fois par semaine. ET là quelque chose de magique se passe :

  • 5-7x par semaine du sport, manger sainement, j’avais déjà perdu pas mal de poids mais j’en perds encore plus
  • 10 semaines, une vingtaine de premiers rendez-vous (bien plus que le total dans ma vie jusque-là), je prends confiance en moi et je comprends quel type de fille me plaît
  • Je lance un projet e-commerce pour vendre des « Standing Desk » en Suisse
    (EN pensant différemment, j’ai créé un compte premium Linkedin pour recruteur RH, j’ai contacté des dizaines d’entreprises en leur demandant de répondre à un sondage et ai testé pour voir s’il y avait de l’intérêt. Je n’avais pas d’argent pur lancer mais il y avait du potentiel et surtout, j’ai enfin agi !)

En 12 semaines, je ne me suis jamais senti aussi bien, aussi moi-même. J’ai réalisé plus de progrès que ces 25 dernières années car je suis passé massivement à l’action dans un environnement où je pouvais être qui je voulais.

Mais, je me sentais seul. Je savais qu’il y avait pleins de Digital Nomads et d’entrepreneurs Colombiens, mais où se cachaient-ils ? ET là, en quelques jours deux choses se passent :

  1. Lors d’un rendez-vous Tinder, une Digital Nomade américaine me parle de groupes Facebook où tout le monde se donnent rendez-vous
  2. La bibliothèque va fermer durant un mois à Noël et je décide de rejoindre un coworking durant ce laps de temps

Ça paraît basique après coup, mais rejoindre ces groupes et tous les meetups organisés plus les collègues et amis du coworking va mettre ces 12 semaines de progrès sur stéroïdes. EN plsu du reste, j’ai découvert l’environnement qu’il me faut. Des gens qui ont des envies similaires, qui pensent comme moi et qui ont eu les mêmes influences.

J’ai trouvé mon groupe, mon environnement. Toutes ces années, je n’avais jamais été très vocal à propos de mes envies, je n’avais jamais rejoint un meetup ou fait partie d’une communauté. ET ça a été un déclencheur.

Quelques semaines plus tard, j’ai lancé mon second projet (après l’e-commerce) qui était une plateforme pour pousser le commerce et la communauté locale dans les villages. Sans entrer dans les détails, j’ai créer une liste de 30 connaissances propriétaires de PME, j’ai créé une page de vente et ai dit que si 10 acceptaient d’ici la fin de la semaine, je lançais. Je crois que 13 m’ont dit oui.

J’ai envoyé des factures et ai été payé avant de lancer quoique ce soit et ai crowdfundé on premier business. Même si le projet a été stoppé, quelque chose en est ressorti, j’ai réalisé ma première vente !

La vie continue à Medellin, je suis devenu un « entrepreneur, digital nomad » et je continue de développer ma personnalité et surtout à être moi-même.

Le temps passe et je finis par rester 6 mois en Colombie et je décide de rentrer en Suisse pour lancer sur le terrain ce business.

Je rentre par la Nomad Cruise qui est une expérience qui m’a marqué également profondément. J’ai rencontré tellement de personnes intéressantes, créatives et avec les mêmes envies que moi. Je garde encore contact avec plusieurs dans un mastermind que nous avons créé et surtout, je trouve des contacts directs ou indirects quand je voyage dans une ville comme ça s’est passé à Lisbonne, Barcelone, Valence ou Munich.

Aujourd’hui (je fais mes choix)

Aujourd’hui, je continue de lancer et d’arrêter des projets, j’essaie de connecter avec des gens qui pensent comme moi en personne ou par le web, je me donne à fond pour essayer de continuer d’apprendre, de m’améliorer et j’offre mes services de consulting avec une poignée de clients.

J’utilise ce site web à la fois comme un plateforme créative et un funnel marketing et plus généralement j’écris pour moi et pour clarifier mes pensées.

Pour comprendre plus sur mon état d’esprit, mon manifesto est ici !